Accueil

De quoi s’agit-il?

> Lutter contre les porcheries industrielles dans la Creuse, le Puy-de-Dôme, la Haute-Vienne, l’Indre ou ailleurs!

Alerte, les projets de porcheries industrielles se multiplient sur le territoire

TERCILLAT, JOUILLAT, EVAUX-LES-BAINS … en CREUSE
SERVANT, LAPEYROUSE, GIAT, DURMIGNAT … en PUY-DE-DÔME
BUJALEUF, AUGNE en HAUTE-VIENNE
FEUSINES en INDRE

À QUAND VOTRE COMMUNE ?

Ces derniers temps, la Creuse et les départements limitrophes, Puy-de-Dôme et Haute-Vienne, doivent faire face à une vague d’implantation de porcheries de type industriel, à l’instigation d’une puissante coopérative, la CIRHYO, basée à Montluçon dans l’Allier.

Ce coin de France relativement peu peuplé serait-il devenu la nouvelle terre promise de l’industrie porcine ? De fait, les contraintes réglementaires y sont moins sévères que, disons, en Bretagne, la population âgée tarde à prendre parfaitement conscience des enjeux et les « perturbateurs » honnis par l’industrie, en l’espèce les militants écologistes, ne courent pas les rues.

D’où la vocation de ce site : informer, alerter la population locale sur la menace que fait peser ce type d’élevage sur l’environnement, l’économie, la société et in fine, sur l’humanité toute entière. En espérant que l’éducation populaire débouche sur l’action militante et citoyenne…

Tout est bon dans le cochon ?

Une porcherie industrielle

… telle que présentée dans un dossier ICPE :

Source : https://www.creuse.gouv.fr/content/download/13145/96106/file/1%20-%20GAEC%20ROUGERON%20-%20dossier%20d’enregistrement.pdf

… telle qu’en réalité :

Des animaux en souffrance, entassés les uns sur les autres

… avec son cortège de conséquences funestes :

En Amérique du Sud, la forêt brûle pour faire place à des cultures de soja OGM

En vérité, une PORCHERIE INDUSTRIELLE, c’est :

Des animaux maltraités dès leur naissance
● De grandes quantités de gaz ammoniac émises dans l’atmosphère
● Des bactéries antibio-résistantes qui contaminent l’air et les sols
● Des virus transmissibles à l’Homme
● Une pollution des eaux par les nitrates et autres résidus nocifs de la production intensive
● Une consommation d’eau potable non prioritaire en période de sécheresse
● Une déforestation massive en Amérique du Sud via l’importation d’aliments
● De la viande de mauvaise qualité
● Des recettes touristiques et des valeurs immobilières en baisse

Si on n’ouvre pas la bouche maintenant, il faudra se boucher le nez plus tard !

« Ah, si j’avais su… »
Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer